Un des plus beaux villages de France
Anciens articles
Annonces
Annonces

Croquis de 1940

Des réfugiés belges découvrent Auvillar en juillet 1940.

Ils sont six, le père, Paul COLLET, trois filles et deux garçons, âgés de 18 à 12 ans. Hébergés à Donzac depuis mi-juillet 40, ils sont venus de Belgique à bicyclette, fuyant les armées allemandes.
A Donzac, où ils retrouvent plusieurs membres de leur famille, ils sont accueillis par la famille Jeudi, qui met à leur disposition une petite maison en plein bourg. Le père, avocat à Nivelles, ville située au sud de Bruxelles, est également, à ses heures, artiste peintre – dessinateur. Il a décidé de quitter la Belgique dès l’annonce de l’invasion de son pays par les hordes hitlériennes. Francophile dans l’âme, il est Chevalier de la Légion d’Honneur, il veut soustraire ses enfants à la barbarie nazie. Dès le 10 mai, ils partent donc vers le Sud pour tout d’abord s’arrêter en Anjou qu’ils quitteront pour traverser la Loire, jugée à l’époque infranchissable. Ils séjourneront quelques temps dans le Médoc où finalement ils seront rejoints par les Allemands. Pour les fuir à nouveau, ils passent la ligne de démarcation à Langon pour gagner la zone dite libre. C’est durant cette période de mi-juillet à mi-septembre, date de leur retour en Belgique , que la famille Collet connaîtra des instants de réel bonheur, celui pour le père de pouvoir s’adonner à sa passion : « croquer », sous un ciel chaleureux, dans des carnets à dessin, des dizaines de paysages sentant bon la vigne et les vergers, peuplés de sites merveilleux parsemant la vallée de la Garonne, bonheur pour ses enfants de l’accompagner dans ses pérégrinations à la recherche de coins insolites, comme ceux découverts dans ce joli bourg d’Auvillar et que, j’ai le privilège en 2010, seul rescapé de la fratrie, de retrouver, grâce à deux de mes neveux qui m’y ont amené. En parcourant le bourg, en revisitant la cité médiévale, en comparant les photos prises actuellement avec les croquis, de juillet 40, de Paul Collet , j’ai l’impression de rajeunir de 70 ans. C’est avec émotion que j’accepte, au nom des miens, la proposition qui nous est faites de préserver, ici, ces traces graphiques du passage d’une famille de réfugiés belges qui au cours de son périple vélocipédique à travers cette belle France, a été accueillie si chaleureusement par de nombreux français dont certains sont sortis de l’anonymat pour devenir de vrais amis, voire des parents. Personnellement, j’ai épousé en 1952, la douce angevine que j’avais connue, enfant, en 1940…

Fait en ce 18 juin 2010, date anniversaire de l’Appel du Général de Gaulle.

Martial Collet 9, avenue de la Blancheraie 49 100 Angers 02 41 88 22 52

Il n’est pas autorisé de dupliquer les croquis ci-dessous sans l’accord de son propriétaire. Vous pouvez me contacter à l’adresse ci-dessus pour toute demande d’utilisation, gratuite ou lucrative.

croquis présents dans notre galerie :

Agen, Auvillar, St-Antoine, St-Cirice, Caudecoste, Donzac, Dunes, Clermont-Dessous, Moissac, Castelmayran, Bon-Encontre, Flamarens, Goudourville, Grézas, Pommevic, Sistel, St-Loup, St-Maurin, St-Sixte.

Extrait de l’agenda de Paul Collet de 1940. Croquis réalisés  à Auvillar

Au départ de Donzac :

Août 1940

Dimanche 4 :       Après-midi :  Excursion à vélo à Auvillar : visité ville et Musée: vu M. Edgar Parrault, Professeur à l’Ecole Militaire préparatoire, artiste peintre, des Andelys et Monsieur André Barrié, du Musée.

Lundi  5 :             Matin : Excursion à vélo à Auvillar :  croquis.

Dimanche 11 :    Excursion à vélo à Auvillar :  croquis.

Samedi 17 :        Après-midi : Excursion à vélo à Auvillar :  croquis.

Lundi 19 :           Excursion à vélo à Grésas : croquis. Mardi 20 :  Excursion à vélo à Saint Nicolas de la Grave, retour par Auvillar :  croquis.

Septembre 1940

Lundi 02  :        A vélo à Auvillar.  croquis.

Note de M.C…: Le 5 septembre 40, nous quittons  Donzac et regagnons la  Belgique, au départ de Valence-d’Agen, en wagon à bestiaux…

Une réponse à Croquis de 1940

Laisser un commentaire